juillet 17, 2024
La consommation d'énergie d'Internet

Peut-on rendre Internet moins énergivore ?

Une grande partie de ce que nous faisons chaque jour implique un centre de données. Acheter en ligne, regarder des émissions de télévision en streaming, lire cet article, tout cela nécessite que les données soient stockées et facilement accessibles. L’immédiateté et la commodité de ces services sont formidables, mais cela a un coût. Les centres de données ont besoin de quantités énormes d’électricité pour les faire fonctionner, une grande installation utilisera autant d’électricité qu’une ville de taille moyenne. La situation est particulièrement aiguë en Irlande, où un réseau électrique relativement petit accueille un nombre croissant de centres de données.

Plus de 20 d’entre eux se trouvent à Dublin, où Microsoft et Amazon ont construit des sites très importants. Au total, la nation héberge 75 centres de données avec 11 autres en construction et, selon les consultants en énergie de Baringa, ils pourraient représenter 27% de la production nationale d’électricité d’ici 2029.

Voici une vidéo relatant la consommation d’énergie d’Internet :

Une consommation d’énergie importante

Cette demande alarmante en électricité a forcé le gouvernement irlandais à agir. La durabilité est maintenant une condition préalable à l’approbation de nouveaux centres de données, le gouvernement déclarant que « les nouveaux centres de données doivent être en mesure de réduire de manière flexible la consommation d’énergie ». La technologie est déployée dans l’espoir de rendre les centres de données moins gourmands en énergie. Une nouvelle installation, ouverte à Grange Castle en périphérie de Dublin, a sa connexion au réseau électrique gérée par un logiciel de la société Eaton en collaboration avec le géant de l’énergie Enel. Si le réseau électrique est sous pression, l’électricité vers le centre de données est coupée et des systèmes de secours prennent immédiatement le relais. Tous les centres de données fonctionnent avec des systèmes de secours sophistiqués qui les maintiennent en marche en cas de panne électrique.

La première ligne de défense est constituée de dispositifs d’alimentation sans interruption (ASI). Il s’agit de batteries sophistiquées qui s’activent en une fraction de seconde et fonctionnent suffisamment longtemps pour permettre à un générateur diesel de prendre le relais ou pour que l’alimentation principale soit rétablie. À Grange Castle, l’ASI d’Eaton intervient et libère de la puissance sur le réseau lorsque la fréquence électrique du réseau, mesurée en hertz, fluctue de manière à indiquer qu’il est sous pression. Cela peut se produire lorsque la puissance provenant de sources instables, telles que les vastes parcs éoliens d’Irlande, diminue. De nombreux centres de données suppriment déjà la demande sur le réseau pendant une période prédéfinie en utilisant une technologie établie de sociétés telles que Schneider Electric et Vertiv.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Selon M. Forde d’Eaton, cela est principalement dû à la croissance explosive de l’informatique en cloud, une tendance qui a vu les entreprises externaliser une grande partie de leur stockage et de leur traitement de données à des sociétés tierces comme Amazon et Microsoft. Il souligne que l’utilisation du terme « cloud » est très trompeuse, car c’est une chose très physique. Le cloud ne flotte pas dans l’atmosphère, il est constitué de serveurs informatiques qui ont une immense appétence pour l’électricité. L’exemple irlandais met en évidence comment une combinaison de préoccupations environnementales et de préoccupations quant à la capacité du réseau ont déclenché une course pour sauver la réputation de l’industrie des centres de données. De nouvelles solutions technologiques sont en cours de développement. À Brunello, une ville près de la frontière suisse dans le nord de l’Italie, l’entreprise de gestion de données Pure Storage met un centre de données à la diète numérique en supprimant les bits et les octets superflus. Les dispositifs de stockage à Brunello utilisent un logiciel qui repère les informations dupliquées inutilement et supprime ces données.

Ce processus de révision et de suppression perpétuelles freine l’augmentation exponentielle des volumes de données. Cela semble être un travail banal pour le département informatique, mais ce programme s’attaque frontalement au plus grand ennemi de l’industrie des centres de données. Il réduit l’appétit horrifiant pour l’énergie électrique qui caractérise tous les centres de données. Pure affirme qu’elle peut réduire jusqu’à 80 % de la consommation d’énergie d’un centre de données. James Petter, cadre de Pure, qui est arrivé à la technologie par l’armée britannique et Coca-Cola, adopte une approche franche du problème de la consommation d’énergie et n’a aucune illusion sur son importance. « Nous concevons notre équipement en fonction du principe de réduire la consommation d’énergie.

Et pour l’instant, toutes les demandes que nous recevons de clients potentiels de centres de données portent sur la consommation d’énergie. Ils avaient l’habitude de demander d’abord des technologies et des prix, mais aujourd’hui, ce sont les émissions de carbone et les énergies renouvelables qui comptent. Tout est une question d’empreintes carbone, tout le monde est à bord. » Il affirme que cette tendance s’est accélérée au cours des deux dernières années, alors que la consommation d’énergie a dominé l’ordre du jour des PDG. Parlant depuis Riyad, il décrit comment les trois derniers fournisseurs de centres de données qu’il a rencontrés en Arabie saoudite étaient tous profondément préoccupés par leur empreinte carbone. M. Petter hésite à admettre qu’il pourrait y avoir une limite à la quantité de données que nous pouvons stocker.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Marthe Galante

Marthe Galante est rédactrice spécialisée.

Voir tous les articles de Marthe Galante →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *