juillet 17, 2024
La musique au travail

Rock ou silence ? L’impact de la musique sur votre concentration au travail

Que vous soyez dans un open space bruyant ou depuis votre domicile en télétravail, la recherche de la concentration idéale pour être productif est un défi quotidien pour de nombreux travailleurs. Certains optent pour un environnement calme et silencieux, tandis que d’autres misent sur la musique pour booster leur concentration et leur créativité. Mais qu’en est-il réellement ? La musique favorise-t-elle ou non notre capacité à rester concentré sur nos tâches professionnelles ? Dans cet article, nous décrypterons les dernières découvertes scientifiques sur ce sujet encore controversé, en nous appuyant sur des études universitaires de pointe, des entretiens d’experts et des témoignages de terrain.

La musique, une source de distraction ?

L’un des principaux arguments avancés par les détracteurs de l’écoute musicale pendant le travail est le risque de distraction qu’elle engendre. Selon une étude menée en 2020 par des chercheurs de l’Université de Colombie-Britannique, l’exposition à de la musique avec paroles pendant une tâche cognitive complexe entraîne une baisse significative des performances, en raison des ressources supplémentaires du cerveau mobilisées pour traiter les informations linguistiques de la musique.

Voici une vidéo relatant ces faits :

“Le cerveau est une machine incroyable mais aux capacités limitées. Lorsque nous l’exposons simultanément à deux sources d’informations linguistiques différentes, les mots d’une chanson et le texte que nous lisons ou la tâche que nous réalisons, cela crée une surcharge cognitive préjudiciable à notre concentration”, explique le Pr Alexandra Bodenhausen, co-auteure de l’étude.

Cette théorie de l’effet distrayant de la musique semble corroborée par de nombreux témoignages de terrain. “Quand j’écoute de la musique avec des paroles pendant que je travaille, je me surprends régulièrement à me laisser distraire par les chansons plutôt que de rester concentré sur ce que je fais”, admet Martin, développeur web de 32 ans.

Booster créativité, humeur et productivité

À l’inverse, de nombreux travailleurs assurent que la musique est pour eux un véritable moteur de concentration et de productivité. Cette thèse semble étayée par certaines recherches scientifiques, à commencer par une étude publiée en 2019 dans la revue Thinking Skills and Creativity. Celle-ci a mis en évidence une hausse de 67% des performances créatives chez des adultes exposés à de la musique de fond pendant une tâche créative, comparé aux performances d’un groupe témoin dans le silence.

“La musique a un effet stimulant et apaisant sur notre activité cérébrale qui favorise les processus créatifs et la résolution de problèmes complexes”, analyse la Dre Carolyn Defren, neuropsychologue spécialiste de la créativité au travail. “Elle agit également positivement sur notre humeur et nos émotions, nous aidant à nous sentir plus détendu et concentré.”

Au-delà du seul impact sur la créativité, de nombreuses études ont également établi un lien entre l’écoute de musique au travail et des gains de productivité pour certaines tâches, notamment les plus routinières et répétitives. C’est ce que confirme Samantha, assistante administrative : “Pour rester motivée sur les tâches ingrates comme la gestion de mes emails ou la mise à jour de tableaux Excel, j’ai besoin d’avoir mes écouteurs et ma playlist préférée. Cela me donne un coup de boost et me permet de rester concentrée bien plus longtemps.”

Quel type de musique pour quelle tâche ?

Si les effets de la musique sur la concentration et la productivité au travail semblent bien réels, de nombreuses nuances sont toutefois à prendre en compte. Car toutes les musiques ne se valent pas, et leur impact peut varier considérablement selon le type de tâche à accomplir et les préférences individuelles des auditeurs.

Pour les tâches simples et répétitives comme un travail administratif ou de saisie de données, les experts recommandent généralement d’opter pour une musique aux paroles familières que l’on peut facilement “mettre en sourdine”, afin d’éviter l’effet distrayant. Les musiques avec une forte composante rythmique et de la variance dans le volume sonore sont également à proscrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *