juillet 17, 2024
Le portrait de Jean-Christophe Lambert

Jean-Christophe Lambert, le PDG de Ascendance, une start-up innovante dans l’industrie aéronautique

Jean-Christophe Lambert est un ingénieur et entrepreneur français qui a fondé Ascendance Flight Technologies, une start-up qui développe des avions hybrides électriques à décollage et atterrissage verticaux. Son ambition est de proposer une alternative plus écologique, économique et silencieuse à l’hélicoptère, notamment pour les besoins de mobilité urbaine et régionale.

Un parcours entre aéronautique et innovation

Jean-Christophe Lambert a commencé sa carrière chez Airbus, où il a travaillé pendant neuf ans sur différents projets liés à l’aéronautique et à l’espace. Il a notamment dirigé un projet d’avion électrique, qui lui a permis de se familiariser avec les technologies de propulsion hybride. Diplômé de l’ISAE-SUPAERO et de HEC, il a également suivi un programme d’entrepreneuriat à Stanford University aux États-Unis.

Voici une vidéo présentant cet entrepreneur :

En 2017, il décide de quitter Airbus pour créer sa propre entreprise, Ascendance Flight Technologies, avec trois autres cofondateurs : Thibault Baldivia, Clément Dinel et Benoît Ferran. Tous les quatre partagent la même vision : rendre l’aviation plus propre et plus accessible grâce à l’hybride électrique.

Ascendance Flight Technologies : une start-up née d’un projet d’avion électrique chez Airbus

Ascendance Flight Technologies est une start-up créée en 2017 par quatre ingénieurs issus d’Airbus : Jean-Christophe Lambert, Thibault Baldivia, Clément Dinel et Benoît Ferran. Ces quatre cofondateurs ont travaillé ensemble sur le projet E-Fan, un avion électrique biplace qui a réalisé la première traversée de la Manche en 2015. Forts de cette expérience, ils ont décidé de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec l’ambition de développer un avion hybride-électrique à décollage et atterrissage verticaux, capable de transporter quatre personnes ou 450 kg de charge utile sur 400 km.

La start-up, basée à Toulouse, compte aujourd’hui une quarantaine de collaborateurs, dont des anciens de l’ISAE-SUPAERO, de Safran ou de Dassault Aviation. Elle bénéficie du soutien financier de plusieurs investisseurs, dont Bpifrance, Airbus Ventures ou Safran Corporate Ventures, ainsi que du soutien technique de partenaires comme l’ONERA ou le CNES. Elle a levé 10 millions d’euros en septembre 2021 pour accélérer le développement de son avion ATEA.

ATEA : un avion hybride-électrique à décollage et atterrissage verticaux

ATEA est le nom donné à l’avion développé par Ascendance Flight Technologies. Il s’agit d’un aéronef à voilure fixe, doté de quatre hélices basculantes qui lui permettent de décoller et d’atterrir verticalement, comme un hélicoptère, puis de basculer en mode avion pour voler à grande vitesse. L’avion dispose d’une motorisation hybride-électrique, c’est-à-dire qu’il utilise un moteur thermique pour générer de l’électricité qui alimente ensuite les moteurs électriques des hélices. Ce système permet de réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2 par rapport à un hélicoptère classique.

L’avion ATEA vise à offrir une alternative à l’hélicoptère là où il est surdimensionné ou trop bruyant. Il peut transporter quatre personnes ou 450 kg de charge utile sur une distance de 400 km, avec une vitesse maximale de 300 km/h. Il peut se poser et décoller sur des surfaces réduites, comme des toits ou des parkings. Il offre également un confort et une sécurité accrus grâce à son pilotage assisté et à son système de parachute intégré.

Le marché des taxis volants : un potentiel énorme mais des défis à relever

Le marché des taxis volants, ou eVTOL, est en plein essor. Selon une étude du cabinet Roland Berger, il pourrait atteindre 90 milliards de dollars en 2050, avec plus de 160 000 appareils en service dans le monde. Les taxis volants offrent en effet des avantages indéniables pour la mobilité urbaine et régionale : ils permettent de réduire les temps de trajet, d’éviter les embouteillages, de désenclaver les zones isolées ou mal desservies par les transports traditionnels, et de limiter l’empreinte environnementale.

Toutefois, le développement des taxis volants doit faire face à plusieurs défis, notamment réglementaires, technologiques et sociétaux. Il faut en effet obtenir les certifications nécessaires pour assurer la sécurité des vols, développer des infrastructures adaptées pour l’accueil et la recharge des appareils, intégrer les taxis volants dans l’espace aérien urbain, garantir leur rentabilité économique, et convaincre le public de leur utilité et de leur fiabilité.

Ascendance Flight Technologies se positionne comme un acteur majeur de ce marché, avec son avion ATEA qui se distingue par ses performances et sa polyvalence. La start-up vise à réaliser les premiers vols d’essai en 2023, et à entrer en service en 2026. Elle compte notamment participer au projet Re.Invent Air Mobility, qui prévoit de déployer des taxis volants lors des Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *